SUDOUEST-EMPLOI, l'emploi près de chez vous

28.09.2015

Vendeur(se) à domicile : un métier porteur

L'image un peu désuète des célèbres réunions de la marque aux boites hermétiques est révolue. Le secteur de la vente directe à domicile décolle. Selon la fédération de la vente directe (FVD), en 2013, il représentait un chiffre d'affaires de 4 milliards d’€, 535 000 distributeurs et la création de près de 35 000 emplois en une année. Accessible sans diplôme, la vente directe à domicile trouve sa place dans tous les domaines d’activités – produits ménagers, vêtements, cosmétiques, bijoux, produits diététiques… - et permet aux vendeurs d’allier indépendance, investissement professionnel et équilibre vie professionnelle et vie familiale.

Juliette Hortin, conseillère pour la marque de produits ménagers écologiques H2O at home n’en revient pas elle-même. Ce qu’elle prenait pour un job destiné à arrondir les fins de mois est devenu en deux ans son métier. Il lui procure un revenu, beaucoup de satisfaction professionnelle et personnelle et lui laisse du temps avec ses enfants. L’idéal pour cette ex-traductrice de livres sur la psychanalyse et mère de trois enfants.

« Liberté d’action ». Parrainée par une amie, Juliette Hortin a acheté le kit de démarrage, d’une valeur de 88 €, s’est formée avec sa société via internet et a organisé ses premières réunions. « C’est la liberté d’action : on travaille quand on veut, où on veut et on se fixe ses propres objectifs en fonction du salaire que l’on souhaite percevoir. » Les vendeurs directs à domicile sont indépendants, rémunérés à la commission qui oscille entre 20 % et 30 % des ventes. Ce métier séduit des profils divers : mères de famille, retraitées, hommes, des personnes qui cherchent du temps partiel, du temps plein… Selon la FVD, 1/3 des vendeurs exercent à temps plein avec éventuellement des fonctions d’encadrement, 1/3  à temps partiel et le dernier tiers en multi-activités.

Juliette a démarré avec trois réunions par mois et aujourd’hui, elle en prévoit entre cinq et sept. Elle prend déjà des rendez-vous pour le mois de décembre car ses créneaux sont complets. Chaque jour, elle rappelle ses hôtesses du mois, prépare les réunions, envoie ses mails clients, passe les commandes, les prépare, les réceptionne, les distribue et anime ses ateliers, elle a même pris l’initiative de créer des newsletters pour garder le contact avec ses clientes. Un travail à plein temps aux horaires choisis. « C’est un vrai métier et j’ai le sentiment que celles qui le considèrent comme cela y arrivent, il faut être persévérant et impliqué, surtout pour la partie prospection.» Chez ses hôtesses, Juliette présente ses produits, fait des démonstrations ; elle se montre disponible et amicale. Une ambiance personnalisée et intime que les consommateurs affectionnent. 

De conseillère à manager. Elle n’a pas l’intention de s’arrêter en si bon chemin et vise l’évolution. « Grâce à des formations proposées par H2O (manager, former les équipes, les dynamiser,…),  je suis devenue manager junior et j’ai une équipe de conseillères, mes filleules, que j’ai formées et aidées à démarrer. J’ai désormais une commission fixe de 33 % et je touche un pourcentage sur leurs ventes au titre du bonus d'animation de mon équipe. Je ne considérais pas ça comme un vrai travail, alors je l’ai pris pour un jeu. J’ai été bluffée moi-même car je gagne aujourd'hui en moyenne l’équivalent d’un SMIC et j’ai encore envie d’évoluer et de prendre des initiatives. ». Si le métier est accessible à tous, puisqu’il ne requiert aucun diplôme, il faut tout de même bien connaître les produits vendus, y adhérer et avoir un petit réseau.

A chaque réunion, Juliette Hortin parle de son métier avec enthousiasme. « Je vois tellement de gens qui galèrent, je veux partager cette opportunité ; c’est une belle aventure humaine !». Elle est d’ailleurs disponible pour échanger (par mail : ju.hortin.h2oathome@free.fr) ou par téléphone 06.14.19.59.83) avec les personnes intéressées par la vente directe à domicile des produits H2O at home.

Plus d’informations en lien avec ce secteur sur le site de fédération de la vente directe : www.fvd.fr

 

Retour en haut de la page