SUDOUEST-EMPLOI, l'emploi près de chez vous

20.01.2014

Un enseignement supérieur qui progresse en densité

Proximité. A l’ombre de Bordeaux et de Toulouse, les établissements du département se diversifient et commencent à tirer leur épingle du jeu

L’enseignement supérieur en Lot-et-Garonne a démarré en douceur mais il affiche aujourd’hui de très bonnes dispositions et attire les étudiants. A l’ombre des métropoles toulousaine et bordelaise les établissements lot-et-garonnais tirent leur épingle du jeu. La variété de formations s’est progressivement densifiée mais elle est surtout très présente dans les cursus courts et généralistes. Les diplômes à bac+2 sont les rois et présents dans toutes les grandes villes du département. Agen bien sûr, mais aussi Villeneuve-sur-Lot, Marmande ou Nérac.


« Les diplômes à bac+2 sont les rois et présents dans toutes les grandes villes du département »
C’est un atout certain pour les jeunes bacheliers qui vivent déjà dans le département et qui souhaitent poursuivre par un BTS ou un DUT.

Une première étape


Les lycées concentrent la majeure partie de ces formations et le choc entre la terminale et l’entrée dans l’enseignement supérieur est réduit à sa plus simple expression. Une bonne occasion de gagner en maturité avant de s’attaquer à des spécialités uniquement présentes dans les grandes villes que sont Bordeaux ou Toulouse.

En cela, le Lot-et-Garonne représente pour de nombreux étudiants une première étape vers des cursus universitaires plus long. Un plus pour l’étudiant mais un gage d’économies substantielles pour les parents. Car même en prenant le cas de l’étudiant qui quitte le cocon familial pour acquérir une certaine indépendance au sortir du lycée, il est établi que le coût des études est moindre en Lot-et-Garonne par rapport à Bordeaux ou Toulouse


Ou une spécialité ?


Au-delà du bac+2 présent en abondance, on observe un accroissement du nombre de licences.Essentiellement présentes sur le pôle agenais elles concernent des cursus qui tendent à se spécialiser et qui sont loin de se rencontrer dans toutes les villes universitaires. C’est souvent à partir de là que des étudiants en provenance de toutes les régions de France rejoignent Agen pour étudier à l’université des sciences autour de spécialités sur l’agroalimentaire, le nucléaire ou le génie climatique à l’IUT GACO et sa licence gestion du patrimoine immobilier, uniquement présente à Grenoble et... Agen.


Ambiance et qualité


Mais ce qui apparaît comme un atout unanimement reconnu par les professeurs et les étudiants c’est la qualité de l’enseignement et l’ambiance généralement perçue. La première année de l’université de Droit du site du pin à Agen accueille un peu moins de 200 étudiants, à comparer avec les plus de 1 000 qui fréquentent les bancs de son homologue bordelaise dont elle dépend. Françoise Marc, responsable du DUSA : « Ici ce sont des conditions d’études qui sont tout à fait favorables. Les étudiants sont moins nombreux, dans des locaux récents et bénéficient des enseignements dispensés par des professeurs qui viennent de l’université mère à Bordeaux.


Les cours sont donc exactement les mêmes, les examens identiques, sauf que tout s’opère dans un contexte facilité avec des professeurs beaucoup plus accessibles. Le bénéfice s’observe auprès des professeurs et, c’est l’essentiel, chez les étudiants qui réussissent ! »

Une offre qui mériterait des compléments ?


Même si le nombre de licences ou masters va crescendo, plusieurs cursus affichent un arrêt prématuré en cours de cycle. C’est le cas de la deuxième année en sciences qui oblige les scientifiques à prendre la direction de Bordeaux pour en suivre les cours, quitte à revenir sur Agen pour une licence. C’est aussi le cas des études d’AES qui s’interrompent toujours juste avant la licence.


Photos Laurent Cluchier : Ces étudiants du Département universitaire des Sciences d’Agen ont fait le choix de la qualité de vie pour leurs études.

 Un BTS et du travail à la clé - 20.01.2014 15:10
 Le rendez-vous de l’après-bac - 20.01.2014 10:52
Retour en haut de la page