SUDOUEST-EMPLOI, l'emploi près de chez vous

08.12.2014

Rénover le bâti pour se construire un avenir professionnel durable

L’hiver arrive et le froid s’invite dans nos logements. Il convient alors de profiter des récentes évolutions en matière d’isolation thermique, d’équipements de chauffage plus performants ou d’énergies renouvelables pour équiper nos maisons. Le secteur du bâtiment profite en effet de mutations perpétuelles du fait des avancées technologiques mais aussi en raison des différentes obligations qui dictent les règles de construction.

La dernière obligation majeure en date, la « RT 2012 » (réglementation thermique), répond à un engagement du Grenelle de l’environnement voté en 2007. Bien que mis à mal par la crise de 2008, ce Grenelle de l’environnement s’était fixé des objectifs ambitieux autour de l’efficacité énergétique du bâti et de la consommation énergétique.  Un effort nécessaire quand on sait que de toutes les branches d’activités, le secteur du bâtiment est le plus gros consommateur d’énergie en France et génère plus de 28 % des émissions de gaz à effet de serre. Des dépenses d’énergie de plus en plus coûteuses pour des ménages mal équipés.

Pour atteindre les objectifs fixés lors du Grenelle, le législateur avait décidé de généraliser à partir de 2012 la construction de Bâtiments Basse Consommation et, en 2020, de Bâtiments à énergie positive. L’objectif gouvernemental était de 500 000 constructions neuves par an. Dans le même temps, 400 000 logements privés et 800 000 logements sociaux devaient être rénovés chaque année jusqu’en 2020 afin de rattraper l’important retard alors détenu par la France.

Former les professionnels à évoluer dans leurs pratiques 

L’atteinte de ces objectifs suppose l’ouverture de nombreux chantiers afin de proposer une offre de formation adaptée aux entreprises, aux artisans et aux salariés de cette filière. Cette nouvelle législation oblige en effet l’acquisition de nouvelles compétences propres à de nouveaux procédés : le photovoltaïque, le solaire, la géothermie, la construction bois, l’éolien, la ventilation, …

En Gironde, le secteur de la construction représente environ 25 000 salariés dans près de 6 000 entreprises. Bien que les recrutements dans ce secteur soient en stagnation depuis quelques années, les mesures relatives à la récente Loi de transition énergétique pour la croissance verte, donnant notamment droit à des Crédits d’Impôt pour la Transition Énergétique et à un éco-prêt à taux zéro, pourraient prochainement -si le consommateur est au rendez-vous- booster les commandes et donc les recrutements.

Le développement de ces procédés novateurs aurait pu faire croire à l’apparition de nouveaux métiers. Ils restent en réalité souvent l’extension logique de différents corps de métiers déjà existants, auxquels s’ajoutent une ou plusieurs spécialisations (poseur de panneaux photovoltaïque, peintre en isolation énergétique, …). Les quelques néo-métiers apparus tournent autour du diagnostic de la performance énergétique, du conseil en économie d’énergie auprès d’une clientèle de plus en plus attentive, du traitement et de la gestion des déchets, des matières premières et des nuisances.

Valoriser les compétences environnementales pour une meilleure insertion professionnelle

Chefs d’entreprise et salariés tant du gros œuvre (charpentiers, maçons, couvreurs) que du second œuvre (plaquistes, électriciens, peintres en bâtiment, chauffagistes) ont néanmoins tous du remettre en cause leurs manières de faire pour prendre globalement en compte le travail de chaque corps de métier. L’ensemble du système constructif est aujourd’hui davantage imbriqué pour être performant énergétiquement. Ceci nécessite une prise en compte des tâches effectuées par son prédécesseur et par les autres professionnels intervenants en bout de chaîne. C’est pour aider les artisans et entreprises du bâtiment à valoriser la qualité de leurs compétences et les prestations améliorant la performance énergétique des bâtiments qu’a été créée la mention « RGE : Reconnu Garant de l’Environnement ».  Délivrée par un organisme accrédité et permettant de bénéficier d’aides publiques, cette mention bénéficie également aux professionnels de la maîtrise d’œuvre (bureaux d’études, économistes de la construction, architectes).

L’industrialisation de certaines pratiques, notamment dans la construction bois, est aussi à souligner dans la mesure où elle aura permis de réduire la pénibilité. Ce confort de travail a notamment profité à l’éclosion des femmes dans les métiers du bâtiment. Elles ne représentent à l’heure actuelle que 10 % des effectifs mais l’objectif des représentants de la profession (CAPEB, FFB, …) est de multiplier par trois les recrutements féminins sur l’ensemble de la région.

La totalité des formations du bâtiment, principalement dispensées par les CFA et les lycées professionnels, intègre désormais dans ses programmes un volet lié à l’écologie et aux économies d’énergie. De nouvelles formations spécialisées ont même vues le jour, telles le Master « Génie de l’habitat » ou « Energie Bâtiment Solaire », le BTS « Hygiène, propreté, environnement », le CAP « Gestion des déchets et propreté urbaine » ; bien que les trois quarts des offres à pourvoir concernent des métiers de niveau CAP, BEP, Bac Pro, voir Brevet Professionnel. L’alternance, par l’expérience que l’apprenti y acquiert, constitue d’ailleurs la voie royale pour accéder à ce type de métiers d’avenir où la motivation et l’effort restent encore les meilleurs moyens d’évolution.

Depuis 2010, la Maison de l’Emploi de Bordeaux et l’Ademe pilotent un projet visant à anticiper et combler les écarts entre les compétences disponibles et les besoins du secteur du bâtiment en Gironde. Pour Bordeaux, les études territoriales sont conduites par la Cellule Economique Régionale de la Construction (CERC), dénommée « CEBATRAMA ». Des sensibilisations à l’évolution des métiers sont régulièrement réalisées auprès d’accompagnateurs et de conseillers en insertion. La promotion de la Qualité de Vie au Travail (QVT) dans la construction bois et la féminisation des emplois est un autre axe fort développé au travers de quatre thèmes : la santé au travail, le développement des compétences, la sécurisation des parcours professionnels, et la conciliation entre vie au travail et hors travail. Ce dispositif, testé par plusieurs Maison de l’Emploi (Bordeaux, Bayonne, …), pourrait être repris nationalement. Le site metiersdavenir33.fr permet de valoriser les actions et formations en faveur de la Construction Durable et de consulter les dernières actualités et offres d’emploi du secteur. 

Retour en haut de la page