SUDOUEST-EMPLOI, l'emploi près de chez vous

19.11.2012

POLE EMPLOI CHANGE DE PLACE, MAIS PAS DE JOB

SAINTES / POLE EMPLOI NOUVELLE ADRESSE / La structure a déménagé afin d'améliorer son action notamment, depuis novembre, auprès des jeunes chômeurs

La zone de la Bobinerie, à Saint-Georges-des-Coteaux, offre à Pôle emploi une respiration bienvenue. Des locaux plus spacieux et mieux adaptés vont permettre à l'équipe d'une quarantaine de personnes d'agir au mieux pour les demandeurs d'emploi. Bien que la structure s'occupe de tous les demandeurs, 40 % d'entre eux retrouvent souvent le chemin du travail au bout du quatrième mois de recherche.

Pôle emploi s'est donc attaché à développer des mesures pour aider les chômeurs longs durés. « Le nombre d'entretiens fixé avec un conseiller va dépendre de l'autonomie de chacun dans sa recherche d'emploi », précise Aimée Ardilouze, la directrice de Pôle emploi.

 

« Du temps pour nous rôder »

La structure a souffert, à ses débuts, d'une image négative. « Nous ne percevons plus d'ondes négatives, affirme Gérard Marchaud, le responsable de la communication. Moins qu'au début, ça s'est tassé. Peut-être qu'on attendait trop de nous au départ or il nous a aussi fallu du temps pour nous rôder ! »

Des outils simplifiés, un site Internet actualisé le plus souvent possible, des partenariats avec des agences d'intérim, aujourd'hui Pôle emploi ne se sent pas en crise. « Nous assurons notre mission de service public auprès de ceux qui en ont besoin », assure Aimée Ardilouze. L'agence offre une palette exhaustive quant à l'aide de retour à l'emploi, souvent peu connue du grand public. De nombreuses mesures sont ainsi mises en place.

 

Contrats d'avenir

La dernière en date concerne l'insertion dans le monde du travail des jeunes sans qualification. Sans diplôme ni expérience, ils ont souvent du mal à trouver leur place.

« Il s'agit des emplois d'avenir, financés à hauteur de 75 % du Smic par l'État, explique la directrice de Pôle emploi. Ceux-ci permettront à des jeunes sans qualification de s'insérer dans le milieu associatif ou celui des collectivités locales pour des contrats d'un à trois ans, assorti d'un plan de formation. »

En partenariat avec la Mission locale, Pôle emploi va bientôt organiser des réunions publiques dans le but de promouvoir les contrats avenir. « C'est notre rôle de convaincre les collectivités et les associations pour ensuite proposer ces postes aux jeunes inscrits chez nous. »

Des emplois qui pourront peut-être déboucher sur une embauche, mais qui, surtout, permettra une professionnalisation. Le contrat à durée indéterminé ne sera peut-être pas au bout de l'expérience, mais aujourd'hui, c'est presque devenu la norme. « Le CDI n'est plus le schéma type, confirme Gérard Marchaud. Les plus touchés sont ceux qui sont concernés par une fin de contrat à durée déterminée (CDD), d'ailleurs la majorité de nos offres sont aussi des CDD. C'est la conjoncture. »

Aujourd'hui, on enregistre 11 000 entreprises sur le territoire, dont 60 % n'ont pas de salariés. Ce sont des petites et très petites sociétés. « La croissance viendra d'elles, espèrent les deux professionnels de l'emploi. Ils sont notre cible pour déclencher l'embauche. Il est là le retour de la croissance. »

 

UN NOUVEL ESPACE PLUS SPACIEUX ET CONFIDENTIEL

Pôle emploi attend toujours des panneaux signalétiques afin d'être plus visible par les usagers.

« Nous ne devrions pas tarder à les apercevoir, la demande a été faite auprès de la municipalité il y a déjà un mois », se rassure Gérard Marchaud, responsable communication à Pôle emploi. Cette problématique et celle d'un arrêt de bus éloigné et non protégé, normalement bientôt pris en charge par la Ville de Saintes (lire « Sud Ouest » du 2 novembre), n'ont pas empêché les employés de l'établissement et les demandeurs d'emploi d'investir les nouveaux locaux sur la zone d'activités de la Bobinerie, à Saint-Georges-des-Coteaux.

Près de 1 000 mètres carrés, avec un étage permettant à toute l'équipe de recevoir, enfin, les usagers dans de bonnes conditions. « Dans nos anciens locaux, l'accueil était exigu. Les entretiens manquaient d'espace nécessaire à la confidentialité », se souvient Aimée Ardilouze, la directrice de Pôle emploi.

-          Des locaux spacieux, un parking plus conséquent et un accueil du public plus intime : voilà ce que ce déménagement a apporté à la structure.

-          Le hall d'accueil regroupe l'espace public, la consultation sur Internet et les inscriptions en ligne ainsi que des petits bureaux si le demandeur d'emploi a besoin d'une réponse demandant plus de temps d'explications.

-          Derrière le hall, chaque conseiller reçoit l'usager dans un bureau isolé, sans bruit intempestif. L'étage est consacré aux personnels et au service employeurs. « C'est là que nous recevons les offres des entreprises. Souvent, les conseillers qui suivent un demandeur d'emploi, reçoivent aussi les demandes des employeurs. Une polyvalence qui permet de répondre très vite à la demande », assure la directrice. Eux aussi ont le droit à un suivi.

« Toutes les conditions sont réunies ici pour bien travailler, poursuit-elle. Afin d'établir un vrai plan d'action de retour à l'emploi avec les demandeurs. »

 

Pôle emploi, zone de la Bobinerie à Saint-Georges-des-Coteaux.

Renseignements : http://www.pole-emploi.fr/accueil/

 

emmanuelle chiron
e.chiron@sudouest.fr

Retour en haut de la page