SUDOUEST-EMPLOI, l'emploi près de chez vous

10.02.2016

Nouvelles modes d’emploi

Un travailleur, plusieurs entreprises

Nouvelles modes d’emploi

Raréfaction de l’emploi salarié, diminution des postes dans la fonction publique et territoriale, augmentation du délai moyen de retour à l’emploi, recours au chômage partiel et à la flexibilité des horaires dans l'industrie, remise en cause de la durée légale du temps de travail… Les différents Plans d'urgence pour l'emploi n’y font rien. La France continue de détruire plus d’emplois salariés qu’elle n’en crée. 74 000 postes dans le secteur marchand ont ainsi, selon l'Insee, étaient détruits en 2014. Avec une augmentation du taux de chômage de 4,8 % en 2015, la situation ne semble pas s'améliorer.  

Pourtant, dans certaines secteurs, les besoins en main d'œuvre sont forts et le profil des postes peut s'adapter. Autoentreprise, portage salarial, intérim, travail à temps partagé, économie participative... Le CDI n'est plus la règle - plus de 80 % des postes proposés aujourd’hui sont des missions intérim ou des emplois aidés - et les travailleurs doivent aujourd'hui inventer les leurs. La maison de l’Emploi de Bordeaux et Sud Ouest Emploi ont recensé quelques pistes de réflexion.

Un travailleur, plusieurs entreprises

De nouvelles formes d’activités apparaissent et se diversifient pour combler les brèches. Un rapport sur "L'emploi et le travail à l'heure du  numérique", remis début janvier à la ministre du Travail Myriam El Khomri, tient justement à promouvoir et à favoriser ce cumul d'activités, tout en consolidant la protection sociale. Un travailleur sur 7 serait aujourd’hui pluriactif, soit 4,5 millions de personnes. La future Loi Noé (« Nouvelles Opportunités Economiques ») devrait reconnaître leur existence et faciliter leur essor.

Le multi-salariat consiste à travailler en temps partagé . C’est ce que propose par exemple à Bordeaux CTP Guyenne ou des Groupements d’employeurs, comme le Groupement d’Employeurs Aquitain. Le principe est simple et correspond à une réalité économique : dans le tertiaire, passer d’un assistant à deux, c’est difficile, alors que passer de 1 à 1,2 c’est parfait ! Avec une augmentation de 3 %, l’intérim continue de progresser. Afin de sécuriser les parcours, les agences intérim ont conçu le CDI intérimaire, censé apporter une stabilité financière et sociale. Une innovation qui peine à faire ses preuves car celui qui en bénéficie doit accepter des postes inadaptés à ses envies. Et la liberté , même si elle peut générer de la précarité, semble parfois préférable à la contrainte. L’entreprenariat séduit alors de plus en plus d’actifs à la recherche d’un emploi ou d’une diversification.

Être son propre patron

Près de 30 000 indépendants existent à l’heure actuelle en France. Les raisons d’entreprendre sont multiples : envie de liberté, lassé de ne pas trouver d’emploi, besoin d’entreprendre ou de faire un travail qui donne du sens à sa vie. L’entreprenariat revêt plusieurs formes : l’autoentreprise -  un statut idéal pour débuter une activité ou compléter un poste salarié, mais qui reste tout de même précaire -, l’économie sociale et solidaire - pour ceux qui s’attachent à l’impact social et environnemental de leur travail, plutôt qu’à sa rentabilité économique -,  l’économie collaborative - qui repose sur l’envie de mutualiser exprimée par les particuliers (blablacar…)

Les demandeurs d’emploi ont le sentiment d’être dans une impasse, pourtant la période semble assez propice à la concrétisation d’idées et nombreux sont ceux qui se lancent. On voit surgir esthéticiennes à domicile, cours de cuisine entre particuliers, magasins de produits bio et locaux, électriciens indépendants, magasins qui récupèrent, réparent et revendent des vélos, des jouets…

Se lancer sans filet paraît effrayant ? Le portage salarial peut être une solution. Ce dispositif, à mi-chemin entre salariat classique et régime indépendant, garantit une certaine couverture sociale tout en offrant la maîtrise de son temps de travail, le choix de ses missions et de ses clients.

 

Toutes les idées semblent aujourd’hui réalisables. Et le travail sans CDI devient possible.

Plus d’informations auprès de la maison de l’emploi sur www.emploi-bordeaux.fr

Retour en haut de la page