SUDOUEST-EMPLOI, l'emploi près de chez vous

08.11.2012

Mode… d'emplois d'avenir

EMPLOIS JEUNES / ARCHACHON « Les emplois d'avenir sont une sorte de marche vers l'emploi, ils sécurisent le jeune dans ce parcours, lui redonnent espoir et le replacent sur le chemin de la formation. L'originalité, c'est l'obligation pour les employeurs de définir un plan de formation » résume le sous-préfet.

Emplois d'avenir : 200 jeunes pourraient être concernés

Le sous-préfet a présenté, hier matin, le nouveau dispositif d'emplois d'avenir qui pourrait concerner 200 jeunes sur l'arrondissement.

Le texte sur les emplois d'avenir a été adopté le 9 octobre. Et les premiers contrats devraient être signés la semaine du 5 novembre. Il y avait donc, sinon urgence, du moins une certaine hâte, à présenter ce nouveau dispositif gouvernemental aux élus, associatifs et autres partenaires susceptibles de recruter ces jeunes avec un « emploi d'avenir », destiné à « améliorer leur insertion professionnelle et leur qualification ».

Le sous-préfet, Jean-Pierre Hamon, a ainsi organisé la première réunion d'information de l'arrondissement, hier matin à la Maison des associations de Gujan-Mestras, en l'absence de la sénatrice maire Marie-Hélène des Esgaulx, excusée par son premier adjoint, Jacques Chauvet : « Le mercredi, elle exerce à Paris sa fonction de sénatrice », mais en présence d'autres élus, dont les présidents des Communautés de communes, et de responsables associatifs. Une soixantaine de personnes, au total.

« Sécuriser les jeunes »

« Les emplois d'avenir sont une sorte de marche vers l'emploi, ils sécurisent le jeune dans ce parcours, lui redonnent espoir et le replacent sur le chemin de la formation. L'originalité, c'est l'obligation pour les employeurs de définir un plan de formation » résume le sous-préfet.

C'est Gérard Chaussey, animateur territorial de la Direccte (direction régionale de l'emploi) qui a expliqué le mode d'emploi… de ces emplois d'avenir.

Sur les 1 200 jeunes actuellement en recherche d'emploi sur le bassin d'Arcachon et le val de l'Eyre, 200 d'entre eux, âgés de 16 à 25 ans, sans emploi, ayant peu ou pas de formation (jusqu'au CAP) pourraient prétendre à bénéficier de ces emplois d'avenir, « à ne pas confondre avec les emplois jeunes, basés sur un projet d'activités et qui s'adressent à des jeunes qualifiés ».

Dès la semaine prochaine

90 % de ces emplois doivent être proposés par des collectivités territoriales, des associations, fondations ou syndicats, des établissements publics (sauf l'État), des structures de l'insertion par l'activité économique, ou encore des personnes morales de droit privé chargées d'un service public.

Les contrats proposés doivent être des CDI ou des CDD, d'un à trois ans, à temps plein. L'aide de l'État (75 % de la rémunération brute au niveau du Smic), accordée pour trois ans, est renouvelable chaque année.

L'emploi doit être accompagné d'un suivi personnalisé, d'une action de formation et se conclure par un bilan sur un projet professionnel. Le contrat doit s'achever par une reconnaissance des compétences acquises.

La directrice de Pôle emploi d'Andernos-les-Bains, et la directrice adjointe de Pôle emploi de la Teste-de-Buch, ont indiqué qu'elles allaient « croiser leurs fichiers dès à présent avec la Mission locale », « analyser les profils des jeunes, faire une liste des entreprises intéressées » ou encore « ne pas entrer en concurrence avec les autres types de contrats (aidé, de professionnalisation ou emploi jeune). Des entreprises vont être contactées et les premières réunions avec les jeunes devraient avoir lieu dès la semaine prochaine.

« Le sens de l'action est bien fixé » assure le sous-préfet. Même si des questions restent encore sans réponse. Comme la rupture prématurée d'un contrat.

Source sudouest.fr :

http://www.sudouest.fr/2012/10/25/mode-d-emplois-d-avenir-859829-2729.php

Le sous-préfet, Jean-Pierre Hamon, accueilli par Jacques Chauvet à Gujan-Mestras. (PHOTO B. D.)

Retour en haut de la page