SUDOUEST-EMPLOI, l'emploi près de chez vous

31.08.2015

Le métier de Charpentier, délaissé par les candidats, ouvre pourtant de belles perspectives !

Selon le baromètre des métiers, réalisé par Jobintree, il est l’une des professions les plus délaissées par les candidats. Peu valorisée, la fonction de charpentier ouvre pourtant des perspectives.

« Ce métier m’est venu naturellement », témoigne Sébastien Bourdon qui appartient à une famille de charpentiers depuis trois générations. « J’ai toujours vu mon grand-père très fier de ce métier. » En 1989, Sébastien démarre un CAP structure ossature charpente, qu’il complète par un BEP bois au lycée de Blanquefort. Après des expériences en tant qu’indépendant et salarié et une formation dans la couverture et l’isolation, il crée son entreprise dans la construction bois. « Se diversifier, c’est vital car la concurrence est forte», reconnaît-il. D’ailleurs, les entreprises cherchent généralement des charpentiers couvreurs.

 « Une belle aventure humaine ». Sébastien Bourdon travaille sur des constructions bois, des extensions et surélévations et réalise des terrasses. Le cœur de son métier est la conception d’ossatures qui serviront de structure à un bâtiment complet, de plancher ou de support de couvertures bâtiments. Après la conception, l'étude, le traçage des ouvrages, le choix du bois, la fabrication en atelier et l'exécution des assemblages, le charpentier réalise le levage et le montage sur chantier des différents éléments (chevrons, fermes, poutres, poteaux mais aussi des éléments d'habillage et d'isolation : lambris, panneaux sous toiture, complexes d'isolation...) Aujourd’hui, il s’agit surtout de faire des montages car la taille est généralement réalisée par des machines. Le professionnel intervient sur tous les types de constructions : immeubles, hangars agricoles, bâtiments industriels, aménagement de combles, maisons à ossature en bois… « La demande est forte, il faut être prêt à travailler 12 heures par jour pour un salaire qui a tendance à baisser. » Malgré ces contraintes, il aime travailler le bois, le rapport avec les clients et ses équipes et réaliser des maisons neuves. « Le bâtiment, cela peut être une belle aventure humaine. »

En entreprise, le salaire du charpentier oscille entre 1500 € et 3050 € brut et près de la moitié des recrutements en Aquitaine se font via les agences d’intérim. 

De l’artisanat à la SCOP. En tant qu’artisan, Sébastien insiste sur le fait qu’il est nécessaire de savoir tout faire : les chantiers, le commercial et la comptabilité. Des tâches pour lesquelles il aurait aimé être mieux formé. Si, d’un point de vue technique, son BEP est suffisant, Sébastien Bourdon s’est attelé à évoluer avec son métier. Il s’intéresse à l’isolation naturelle ou issue du recyclage – « à la foire internationale de 2008, nous étions les seuls à faire de l’isolant naturel ! » Des compétences qui lui permettent de mener un chantier à bien, mais malgré lesquelles il ne parvient pas à lutter contre les grands groupes lors des appels d’offres. Depuis cette année, cet artisan de 42 ans a troqué son poste contre celui de directeur technique dans la société Woodscope qui a vocation à devenir une Société coopérative et participative (SCOP). Le projet de sa société est la réalisation de hameaux de 30 à 100 maisons et, notamment, de villages séniors. Le début d’une nouvelle aventure pour lui.

Retour en haut de la page