SUDOUEST-EMPLOI, l'emploi près de chez vous

23.02.2016

Formation : un parcours sans faute jusqu’au financement

S’intéresser aux métiers en tension

Formation : un parcours sans faute jusqu’au financement

Le schéma études-premier emploi-carrière-retraite est révolu. Aujourd’hui, les reconversions, les besoins d’acquérir des compétences plus pointues et la reconnaissance des acquis via la formation sont des démarches incontournables. La formation continue est synonyme d’une nouvelle vie professionnelle ou de perspectives d’évolution. Reste à trouver le financement pour réaliser son rêve.

S’intéresser aux métiers en tension

Après une carrière de commando-parachutiste dans l’armée interrompue par un accident, Alban s’est retrouvé responsable logistique dans un bureau, mais son travail ne lui apportait plus de satisfaction. « Je me suis toujours intéressé au relooking des meubles, je le faisais pour le plaisir et à 40 ans, je me suis lancé. » Un bilan de compétences l’a conforté dans son idée : il a débuté une formation menuiserie d’agencement à l’AFPA financée par le conseil régional. « Tant qu’à me lever le matin pour travailler, autant aimer ce que je fais », commente-t-il.

Redonner un sens à sa vie professionnelle via une reconversion, anticiper un licenciement, renforcer des compétences sont autant de raisons de se lancer. La formation peut être l’occasion de renouer avec un rêve d’enfant, mais pour s’assurer un financement, il vaut mieux se tourner vers des métiers en tension. En ce moment, ce sont les secteurs de l’industrie, la maintenance aéronautique notamment, l’aide à la personne et l’hôtellerie qui peinent à trouver des candidats.

Le bilan de compétences, un bon point de départ

Si trouver sa nouvelle voie n’est pas évident, obtenir un financement l’est encore moins. Les formations sanctionnées par un diplôme qui va du certificat de qualification professionnelle à la licence pro sont celles qui ont le plus de chances d’être financées aujourd’hui. Le dossier du candidat doit être carré. Bilan de compétences, débouchés, possibilités de formation, entretiens conseils avec des professionnels du secteur. C’est le parcours du combattant et il faut être patient car le financement ne passe pas toujours du premier coup. En 2014, seuls 33% des dossiers soumis par des salariés ont été financés par le Fongecif (Fonds de gestion des congés individuels de formation).

Des démarches pour chaque profil

Pour obtenir un financement et rebondir sur une nouvelle carrière professionnelle, il est essentiel de s’adresser au bon interlocuteur pour élaborer son projet de manière efficace. Pour les demandeurs d’emploi, si la formation concerne un métier en tension ou une remise à niveau, elle sera financée par pôle emploi dans le cadre des actions de formation conventionnées ou par le conseil régional avec le Programme régional de formation. De leur côté, les salariés peuvent avoir accès aux plan de formation de leur entreprise, congé individuel de formation (CIF), compte personnel de formation (CPF), période de professionnalisation, validation des acquis et de l’expérience (VAE)… Le plan de formation de l’entreprises est financé par l’employeur et en cas de démarche individuelle, la formation peut être payée par les organismes paritaires (Fongecif et Opacif de branche), chargés de collecter les contributions des entreprises.

 

Les sites incontournables

www.aquitaine-cap-metiers.fr

laregion-alpc.fr

www.pole-emploi.fr

www.orientation-pour-tous.fr

www.seformerenlimousin.fr

www.maisondelaformation.net

Retour en haut de la page