SUDOUEST-EMPLOI, l'emploi près de chez vous

19.09.2016

Entrepreneur et salarié

La coopérative Coop'Alpha - Coop&Bât, basée à Lormont (33), fête ses 10 ans et accompagne environ 300 entrepreneurs salariés par an.

La coopérative Coop'Alpha - Coop&Bât, basée à Lormont (33), fête ses 10 ans et accompagne environ 300 entrepreneurs salariés par an. Le point avec Roxanne Lagardère, chargée de communication, sur un statut original qui permet notamment des transitions professionnelles en toute sécurité.

Qu’est-ce que Coop’ Alpha ?

C’est une coopérative d’activité et d’emploi créée en octobre 2006. Elle a son siège à Lormont (33) et compte un établissement à Périgueux (24).

Elle permet de développer une activité professionnelle dans le cadre juridique, comptable et social d’une entreprise reconnue, via notamment un accompagnement, une formation à la gestion d’entreprise et un ensemble de services mutualisés (logiciel de gestion, veille sur les appels d’offres, assurances, conventions avec des espaces de coworking, etc.).

A qui s’adresse-t-elle ?

A toute personne experte dans son métier, qui voudrait développer son activité, en solo ou en groupe. La coopérative permet de tester son activité, d’organiser un changement de vie (déménagement, perte d’emploi, passage à l’entrepreneuriat…) sans perdre un statut ou des droits acquis (allocation chômage, RSA, emploi à temps partiel, double activité…). C’est le gros atout pour beaucoup d’entrepreneurs dont c’est un second choix de carrière. Ils peuvent continuer à cotiser et tester leur activité avec un maximum de sécurité puisque s’ils échouent, ils pourront repasser par la case Pôle Emploi. Cela permet d’allier plus facilement vie familiale et personnelle, et lancement d’une création d’entreprise.

Les entrepreneurs accueillis doivent en être au stade de proposer une offre à des clients. Il n’y a pas de sélection sur la rentabilité potentielle du projet. Coop&Bât, créée en 2011, regroupe les métiers du bâti, nécessitant une garantie décennale ; Coop’Alpha héberge les autres activités : artisan, esthéticienne, créateurs, développeur d’application, consultant, luthier, graphiste, spécialiste de l’open data, etc.

Aujourd’hui, il y a un terme à la mode pour désigner ce que nous faisons déjà depuis des années, le lean start-up. C’est une technique de développement qui consiste notamment à minimiser les investissements au départ, à tester son projet sur une formule simple et à petite échelle puis l’accroître au fur et à mesure, et l’adapter en fonction des besoins concrets des clients.

Qu’est-ce qu’un entrepreneur-salarié ?

C’est à la fois un entrepreneur dans son activité, avec sa propre marque, son autonomie, ses services, et les avantages liés (TVA, amortissement des investissements, frais de déplacement…) et un salarié en CDI avec tous ses droits et devoirs (cotisation chômage, droits sociaux, droit à la formation, mutuelle d’entreprise, impôts sur le revenu…). Un contrat d’entrepreneur salarié à durée indéterminée est signé. La rémunération, établie sur la base du chiffre d’affaires de chacun peut commencer à partir de 10h/mois, et augmenter par avenants. On s’occupe d’une grande partie de la gestion administrative et comptable ; mais chacun se charge de toute la partie commercialisation, contact client, envoi des factures, suivi, etc.

Comment intègre-t-on Coop’Alpha ?

Tout commence par une réunion d’information collective pour savoir ce que l’on propose, et ce que l’on ne propose pas. Un entretien d’accueil individuel valide (ou pas) le projet. L’intégration se fait par promotion, tous secteurs d’activités confondus. Chacun suit une formation de gestion à l’entreprise de quelques heures par semaine, du marketing à la comptabilité, en passant par la psychologie et la communication. On ne fera d’eux ni des spécialistes de la communication ni des comptables, mais des personnes autonomes, capables de gérer une entreprise à long terme. L’échange est aussi intéressant que le contenu théorique des cours ; il permet des synergies.

 Qui sont les personnes qui rejoignent la coopérative ?

La majorité sont des demandeurs d’emploi et souvent, la création d’entreprise est un choix par défaut. On les aide à transformer leur travail en activité rentable et pérenne sur le plan économique, mais aussi, sur le plan psychologique, à passer d’une posture de salarié à celle d’entrepreneur. Ils connaissent leur métier, mais vendre soi-même son service, calculer un seuil de rentabilité…, nécessitent accompagnement et formation. D’autres choisissent la coopérative pour notre vision de l’économie basée sur des valeurs humaines.

 Quel est le parcours moyen des entrepreneurs salariés ?

Il dure en moyenne 18 mois, et maximum 3 ans. Au-delà, deux options s’offrent à eux : rester et donc devenir sociétaire. Ou bien partir et s’immatriculer par exemple. Ils peuvent encore être accompagnés durant 3 ans. Au final, 1/3 poursuit son activité en interne (sociétaire) ou en externe (immatriculation) ; 1/3 retrouve un emploi et 1/3 abandonne son projet. Dans tous les cas, c’est une expérience enrichissante : chacun est devenu chef de projet, autonome, capable de comprendre les enjeux d’une entreprise, et ils ont souvent beaucoup appris sur eux-mêmes.

 

Pour en savoir plus ou s’inscrire aux réunions d’information collectives :http://www.coopalpha.coop/

 

Crédit Photo : Jérôme Bellon

 

Retour en haut de la page