SUDOUEST-EMPLOI, l'emploi près de chez vous

23.11.2016

Donner un sens à ses compétences professionnelles

Peut-on créer un pont entre bénévolat et emploi ?

Peut-on créer un pont entre bénévolat et emploi ? Avec le bénévolat d’expertise, oui. Il est possible d’exercer son métier dans le cadre de missions bénévoles. Une démarche qui donne du sens à son travail, crée du lien social et professionnel et permet d’acquérir de nouvelles compétences. C’est le cœur de métier de l’association Passerelles & compétences : mettre en lien entre experts et associations de solidarité.

«Je voulais faire du bénévolat, mais pas n’importe quoi et je ne me sentais pas légitime pour distribuer des repas aux Restos du cœur.» En revanche, quand il s’agit de développer un plan de communication ou d’accompagner une stratégie de marque, Xavier, consultant indépendant en marketing, est comme un poisson dans l’eau. Au cours de sa prospection, il est tombé sur une des offres de mission publiées par Passerelle & compétences sur LinkedIn. La maison de Nolan à Bordeaux, l’Avarap, France Alzheimer, la compagnie de cirque Bivouac… Ses compétences ont vivement été sollicitées depuis son entrée dans l’association. «Nous faisons le lien entre des bénévoles et des associations qui ont un besoin qu’elles ne peuvent pas gérer en interne – communication, ressources humaines, comptabilité… - le bénévole n’apporte pas son temps, mais sa compétence», explique Christine Baert, responsable de l’antenne aquitaine de l’association.

 

Des missions pointues

Si la démarche est bénévole, le fonctionnement est très pro : le bénévole s’engage pour une durée précise et il s’investit sur sa mission en tant qu’expert. « Je pensais que ça allait être complètement différent du travail, mais il y a de vraies attentes en face. Je me mets plus la pression pour mes missions qu’au boulot ! Elles sont pointues et chronophages », reconnaît Guillaume, responsable du développement des ressources humaines, qui a notamment accompagné une association de réinsertion par le logement. 80 % des bénévoles sont en activité ou en recherche d’emploi ; leur engagement reste compatible avec un planning professionnel. «Pour un accompagnement sur une stratégie de marque, j’ai eu une mission de 3 mois. Je me suis mis d’accord avec l’association pour une journée par semaine, au final, cette mission m’a demandé 10 jours de travail à plein temps», précise Xavier. Il estime que cet engagement lui permet d’exercer son métier en lui donnant du sens. Ce que l’on a parfois tendance à perdre dans la vie professionnelle…

C’est également une manière d’acquérir des compétences supplémentaires ou de poursuivre son activité malgré une période de chômage. C’est le cas de Laurence. Cette expert-comptable est revenue à Bordeaux en 2013 sans travail et s’est reconvertie dans l’économie sociale et solidaire avec un projet en tête. Exercer ses compétences au sein d’associations était l’idéal pour elle durant cette période. «J’apporte des réponses à des associations, je fais ce que j’aime faire et je garde un lien social et professionnel.» «C’est une bonne formule pour les personnes en recherche d’emploi, elles sortent de chez eux, elles travaillent… Cela peut les aider à retrouver un travail», confirme Christine Baert.

Toutes les offres de missions sur www.passerellesetcompetences.org

 

Passerelle & Compétences a développé de nouvelles offres afin de répondre au besoin des associations de manière précise et rapide.

P & C clic est l’assurance pour les associations d’une réponse à un point particulier et les missions flash sont des ateliers de 3 heures proposés par des bénévoles (Formation word, utilisation des réseaux sociaux…) Ces deux offres sont gratuites pour les associations, contrairement aux missions.

Retour en haut de la page