SUDOUEST-EMPLOI, l'emploi près de chez vous

10.10.2016

CREATION D'UN COMMERCE :

SUIVEZ LE GUIDE !

Comment allier vente et indépendance ? Créer un commerce est une solution pour mettre sur pied un concept ou imaginer la boutique idéale. Un joli rêve qui, afin de ne pas tourner au cauchemar, doit être minutieusement préparé. Rencontre avec Delphine Maze, créatrice de l’Atypique un tout nouveau dépôt-vente de vêtements femme et enfant à Camblanes-et-Meynac (33).

«Je ne voulais pas être à mon compte.» En préambule, les choses sont claires. Pourtant, depuis un mois, le patron de l’Atypique c’est bien elle. Quel a été le cheminement de cette jeune mère de famille qui a passé 18 ans dans l’univers du prêt-à-porter ? «Pendant mon congé parental, j’ai commencé à vendre les vêtements de ma fille sur internet et j’ai vu que ça marchait bien. Comme je voulais reprendre le travail avec des horaires plus souples et faire du commerce d’une autre manière…» La solution s’est imposée d’elle-même. A la suite d’un bilan professionnel proposé par la Caisse des Allocations Familiales (CAF), Delphine est orientée vers le Centre information sur les droits des femmes et des familles (CIDFF) qui l’accompagne tout au long de son projet. Décryptage.

Etude de marché. «J’ai étudié les lieux, l’offre… J’ai hésité entre Latresne et Sadirac.» La première commune disposait déjà de magasins de vêtements pour femmes et enfants et dans la deuxième, il lui paraissait difficile de faire vivre un commerce. Et puis finalement, un local a mis fin à ses questionnements. «J’avais déjà repéré les lieux avant même de faire l’étude de marché !» A Camblanes dans une zone résidentielle récente entre les écoles et la boulangerie, une belle vitrine, près d’un parking. Tout y est. Alors, Delphine enquête via des questionnaires, elle rencontre la population pour connaître ses attentes et fait «le tour de tous les dépôts-ventes de l’agglomération.» Sondage, entretiens avec les professionnels du secteur, connaissance de la concurrence, estimation du chiffre d'affaires prévisionnel... Cette première étape est essentielle car le choix du lieu d'implantation de la future entreprise est déterminant pour sa viabilité. «Il faut être sûr du potentiel de son commerce», insiste André Bergua, vice-président en charge du commerce à la Chambre de commerce et de l’industrie (CCI) du Lot-et-Garonne.

Business plan et montage financier. Il s’agit du document de référence avant de créer une entreprise qui permet au créateur, aux futurs investisseurs ou aux banques d'avoir une idée juste du projet. C’est avec le CIDFF qu’elle travaille sur le business plan et le montage financier. C’est ainsi qu’elle découvre l’association Aquitaine Active qui s’est portée garante pour son prêt. Cette structure favorise le financement d’entreprises créatrices d’emplois ou solidaires. «J’ai pu bénéficier du nouvel accompagnement à la création ou la reprise d'entreprise (Nacre)», un dispositif d'Etat qui permet aux demandeurs d’emploi de bénéficier d'avances personnelles, sans intérêts, de  1000 à 8000 € remboursables dans un délai maximum de 5 ans afin de consolider les fonds propres de son entreprise. «Avec cette aide, le prêt et l’argent économisé, j’ai investi dans du matériel informatique, réalisé les travaux dans le local et fait appel à une créatrice pour l’agencement de la boutique, sa décoration et le logo», explique Delphine.

Travaux d’accessibilité. Un point essentiel pour l’ouverture d’un commerce qu’il faut avoir en tête lors de la visite des locaux. «Il y a beaucoup de normes pour l’accès aux personnes handicapées, ça a pris du temps, j’ai même envisagé de chercher un autre local.» «Cela peut être très lourd pour un commerçant, confirme André Bergua, certains ont même dû fermer car ils n’avaient pas les moyens de faire les travaux de mise aux normes.»

Formation et stage. «J’ai fait une formation en informatique avec les hauts de garonne et surtout j’ai effectué un stage dans un dépôt-vente dans le Maine-et-Loire, c’est grâce à cela que j’ai compris qu’il n’était pas suffisant de vendre uniquement des vêtements pour enfants ; j’ai alors pris la décision de proposer également des vêtements pour femmes. J’y ai aussi découvert que l’utilisation d’un logiciel pour l’étiquetage et l’encaissement me ferait gagner du temps !» Les CCI proposent de nombreuses formations et ateliers pour mener à bien son projet et en maîtriser chaque étape ou des rencontres avec des experts (avocats, comptables…).

Après un an et demi, Delphine a concrétisé son projet. «Ce n’est pas trop pour arriver à la maturité du projet, ne serait-ce que pour le choix de la déco !» Elle évolue désormais dans un univers graphique, symbolisé par l’Atypique girafe à lunettes et au pull rayé qui attise la curiosité des clientes. Dans sa boutique qui évolue au fil du temps pour devenir un concept store, on trouve bijoux, sacs et vêtements de créatrices, confitures, quelques jouets et des vêtements triés sur le volet. «Je m’éclate ! Après quatre ans sans travailler, j’avais besoin de me réaliser tout en assurant l’équilibre vie privée, vie professionnelle. J’ai fait le choix de moins gagner, mais d’être bien tout en évoluant professionnellement car aujourd’hui j’ai toutes les casquettes.» Et cerise sur le gâteau ou lunettes sur la girafe : «je ne m’attendais pas à gagner autant dès les premières semaines !»

L’Atypique : Résidence Camplanis, 10 avenue Guy Trupin, Camblanes-et-Meynac.

 

Infos pratiques

CIDFF : www.infofemmes.com

Aquitaine Active : www.aquitaineactive.org

Hauts de Garonne développement : www.hdgdev.com

CCI Aquitaine : aquitaine.cci.fr

Retour en haut de la page