SUDOUEST-EMPLOI, l'emploi près de chez vous

18.05.2015

Apporteur d'affaires : un métier de réseau

Après avoir enchaîné plusieurs métiers, de secrétaire juridique à chargée d’affaires dans le levage, en passant par cuisiniste, Sylvie Sanchez a été licenciée en septembre dernier. Durant ses recherches, elle a constaté que les entreprises avaient besoin de personnes pour agrandir leur portefeuille clients, sans pour autant pouvoir recruter des commerciaux. A 49 ans, elle qui a toujours aimé mettre des gens en relation a trouvé sa voie : apporteur d’affaires en freelance. Un métier qu’elle a inventé pour s’assurer un avenir tout en mettant à profit ses compétences.

« J’ai découvert différents secteurs professionnels dans ma vie et je me suis toujours formée pour m’adapter au poste. J’aurais voulu être avocate, mais je n’ai pu faire qu’une formation de  secrétaire juridique. En interne, je suis devenue clerc d’avocat, métier que j’ai exercé durant 13 ans. J’ai ensuite pris la direction d’un club sportif avant d’entamer une formation de cuisiniste. A la suite d’un licenciement économique, on est venu me chercher pour travailler dans une entreprise de démolition, j’ai commencé chargée d’affaires et je suis passée chef de chantier. Au cours de ma carrière, j’ai découvert le milieu juridique, le bâtiment, les cuisines, le sport… En veillant à toujours me constituer un réseau. » Cette démarche a permis à Sylvie de mettre des gens en relation. « On m’a toujours appelée pour trouver une nounou, un avocat, une entreprise…  Alors quand j’ai cherché du travail, je me suis dit : « mais pourquoi ne pas en faire ton métier ? » » Depuis, elle s’éclate. Elle a créé son autoentreprise – « ils ont eu du mal à trouver un code APE qui corresponde car ce métier n’existe pas ! » - et depuis, son activité consiste à « réseauter » et  à téléphoner et à mettre des gens en relation. Ses honoraires correspondent à un pourcentage de la facture. «  Je diagnostique les besoins facilement et mon réseau me permet de trouver des réponses rapidement : un entrepreneur a eu besoin de sable et de concassés, je lui ai fait livrer des camions d'une entreprise que j'étais allée voir. Une autre fois, j’ai fait la connaissance d’une personne qui travaille dans le cuir, un secteur qui a priori ne me concerne pas, mais quelques temps après j’ai discuté avec un ami motard qui cherchait un artisan pour refaire sa sellerie », explique-t-elle toujours à l’affût et prête à dégainer sa carte de visite.

"Il faut être curieux". Pour apporter les meilleures réponses et assurer sa réputation, elle multiplie les rencontres et cherche à dénicher les entreprises les plus sérieuses. « Je ne m’entoure que de gens de qualité qui sont dans la même démarche que moi, respectueux de l’autre. Je ne retiendrai pas une entreprise qui met plus d’une semaine avant de m’envoyer un devis. » Et pour elle, travailler son réseau est essentiel. « J’ai rarement fait des CV, je crois beaucoup au bouche à oreille…» Elle furète sur internet pour trouver des forums, des rencontres d’entrepreneurs. « Les gens ne sont pas assez curieux, il faut se déplacer », martèle-t-elle. Le plus concluant pour agrandir son carnet d’adresses a été le Networking café de Mérignac (lire encadré). « C’est très porteur, confirme-t-elle, il faut être présent pour être connu et reconnu, les réseaux sociaux virtuels ne suffisent pas ».  Toujours en alerte, elle n’hésite pas à évoquer ses compétences et à interroger les gens qu’elle rencontre, même durant un week-end entre amis… «C’est important de pouvoir être conseillée quand on me sollicite pour un domaine que je ne connais pas, je passe par mon réseau pour trouver des gens de confiance. Au final, on me demande tout et je trouve tout. »  

L'art de réseauter. S'il est important de mettre à jour ses profils Viadeo, LinkedIn et Facebook pour promouvoir ses compétences et son activité, entretenir de vraies relations de travail est impératif. Le bouche à oreille, et donc le réseau, est en effet essentiel pour développer son activité, changer d'entreprise ou trouver du travail. Le Networking café organisé par Aquiwork Center, l'espace de coworking de Mérignac en est un bon exemple. Régulièrement, le responsable du lieu organise des petits déjeuners thématiques et réunit des entrepreneurs, indépendants, demandeurs d'emploi... Chacun présente son activité, ses compétences et la synergie opère, les liens se créent et après, peut-être, les affaires. Il existe de nombreuses structures de ce type par métier, domaines d'activité ou généralistes qui organisent des petits-déjeuners ou Afterwork dans une ambiance conviviale, à l'occasion desquels il est possible de faire des rencontres déterminantes pour développer son activité. 

Retour en haut de la page